d'Amour et d'Amitié

L'amour et l'amitié

sont plus forts que tout.

L’amitié c’est la vie.

Ce jour-là, Marie-France confia à Jo qu’elle n’avait plus de plaisir. « il y a 25 ans, mon ancien compagnon en a brisé le mécanisme. C’était un violent et un être manquant de respect, il a atteint ma raison de vivre. Même avec la meilleure volonté du monde, personne ne peut y faire quelque chose. Je ne ressens plus rien. C’est fini, pourtant avant j’aimais bien ça. Malgré tout, elle était là, souriante appuyée sur ses béquilles. La vie ne lui faisait plus de cadeaux, le voisinage se moquait d’elle et se réconfortait de ragots sur son dos. Elle regardait Jo avec bonheur et compassion en se remémorant les bons souvenirs. Elle ajouta : « il y a longtemps qu’on ne s’est pas vu ». Jo répondit par un sourire. Un silence de complicité s’installa, puis il répondit « Tu avais changé d’adresse. A chaque fois que je passais par-là, je me cassais le nez jusque devant chez-toi. Ta voiture n’était plus là, et toi non plus. Je ne savais plus ce que tu étais devenue. »

Marie France continua la conversation : « Il y a quelques semaines, je me suis mis à rechercher sur mon téléphone la liste des amis qui seraient capables de mettre une étincelle de lumière dans mon cœur. Je t’ai donc appelé au téléphone et j’ai tout de suite reconnu ta gentillesse. Merci d’être venu, cela me fait plaisir ». « C’est normal, lui répondit Jo, L’amitié est éternelle, elle dépasse les frontières du tourbillon de la vie. »  Et Marie France ajouta : « Je dois retourner me faire opérer, il y a quelques semaines, j’ai fait une embolie pulmonaire, il y a 3 jours une phlébite sur la jambe gauche, dans un mois ils doivent m’opérer à nouveau. Merci Jo, de ta visite, maintenant je vais me sentir rassuré. Je vais pouvoir aller me faire charcuter en toute tranquillité. Sinon j’aurais tout abandonné. C’était trop de souffrances inutiles. »

"Merci de ton rayon de soleil "   dit-elle à Jo en repartant.

commentaire de Christiane 05/01/2014  
"La solitude est la plaie de notre société in dividualiste"

--------------------------------------------------------------------------------------------

 extrait du livre "Amitié Reçue"
Chapitre 1

 

Une amitié inattendue

 

« Didier, mais pourquoi fais-tu une tête comme çà ? » Je venais lui dire bonjour ; brusquement je repars aussitôt dans la pièce à côté en m’effondrant. Jusque-là, j’avais tout caché, j’avais sauvé la face, maintenant ce n’était plus possible. Cela explose. Jamais, je n’avais encore craqué, je sentais toutes mes forces qui se retiraient de mon corps. Je n’avais qu’une envie, celle de me cacher, de disparaître à tout jamais. J’étais décidé.

 

C’était le matin du 5 octobre 1994. Chemin faisant, j’entends courir derrière moi, c’est Hubert qui vient me dire : « excuse-moi, je ne savais pas que çà n’allait pas ». Il me regarde avec amitié et me serre la main. Sa poignée de main chaleureuse, son regard et son sourire je ne les oublierai jamais. Il ne m’a rien dit d’autre, mais il y a eu quelque chose qui est passé en moi et m’a subitement envahi de la tête aux pieds. C’était un peu comme si tout avait changé per une étincelle magique.

 

Une amitié sincère

 

Oui, une poignée de main qui m’a remis debout et dont je me souviens volontiers, avec beaucoup de plaisir. Une poignée de main qui m’a transformé ce jour-là. Une poignée de main comme on n’en reçoit pas tous les jours, un profond engagement envers moi qui n’était plus rien. Un geste seulement, ni mots ni discours. Hubert je le connaissais bien, devant son ordinateur avec Corel Draw, ce logiciel de dessin et sa montgolfière multicolore. Jamais je n’aurais soupçonné en lui, autant de profondeur et de sincérité. Mais le jour où j’étais au bord du précipice, il a su me tendre la main.

 

Mais ce jour- là, je ne le réaliserai que plus tard, j’ai eu beaucoup de chance. Peu de temps après, Gwen sort de son sac à main les clés de son appartement, qu’elle a quitté il y a 8 jours. « La location est payée jusqu’à la fin du mois, dedans il y a tout ce qu’il faut, car je n’ai pas encore déménagé. Il n’y manque que ta brosse à dents et ton rasoir. Fais comme chez-toi » me dit-elle. J’en suis à nouveau bouleversé devant tant de témoignages d’amitié. Une clé qui  … / …

 


Mise à jour du module en cours

 
Réservation des tickets d'entrée pour la prochaine conférence